facebook
Gazette Drouot logo print

Renoir, la femme et la nature

Le 25 novembre 2021, par Sophie Reyssat

Inédite sur le marché, cette étude de nu champêtre suscitait l’intérêt des collectionneurs européens.

Renoir, la femme et la nature
Pierre Auguste Renoir (1841-1919), Étude de nu ou Nu dans un paysage, huile sur toile, 1887, 23,2 21,5 cm.
Adjugé : 313 750 


Cette toile de Pierre Auguste Renoir participait largement au résultat global de 1 119 000 €, que recueillait cette vente d’art moderne et contemporain. Elle triplait en effet son estimation attractive pour être décrochée à 313 750 €. Des amateurs d’origine suisse, russe et anglaise bataillaient pour emporter cette Étude de nu de 1887, finalement acquise par un collectionneur britannique. Un résultat à la hauteur de la nouveauté, l’œuvre affrontant pour la première fois le feu des enchères. Elle avait pour elle d’autres atouts, dont son parfait état de conservation et la relative rareté de ce genre d’œuvres sur le marché, où l’on trouve plus fréquemment des créations réalisées après 1900. L’expert, M. Morin-Williams, précise en outre que cette toile, d’un traitement très complet, réunit tout ce qu’un amateur peut attendre du thème de prédilection du peintre — des naïades dans un cadre arcadien. De la même année, le Philadelphia Museum of Art, aux États-Unis, conserve Les Grandes Baigneuses. Renoir a réalisé de nombreuses études préparatoires individuelles pour ses nymphes, avec pour ambition de concilier la tradition classique et la modernité. Dès le début des années 1880, il a en effet remis en cause les préceptes de l’impressionnisme pour revenir au travail d’atelier. La manière d’Ingres mais aussi celle de Raphaël, dont il a admiré les œuvres en Italie, influencent alors son travail. Renoir, qui se définira comme un «peintre de figures», privilégiera désormais les corps féminins, aux formes plus découpées, plutôt que la nature leur servant de décor. Dans la section paysage, Maurice de Vlaminck était le plus remarqué avec La Seine à Chatou, une toile peinte vers 1914 et emportée pour 76 250 € (60 73 cm, voir l'article Vlaminck, l’instinct du paysage de la Gazette n° 41, page 136).

dimanche 21 novembre 2021 - 14:00 - Live
Osenat
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot