Jean Puy, aux couleurs de l’art moderne

Le 01 avril 2021, par Sophie Reyssat

Henri Martin, Albert Marquet, Maurice de Vlaminck et Jean Puy font vibrer la peinture.

Jean Puy (1876-1960), Les Deux Sœurs, 1905, huile sur toile, 75 66,5 cm.
Adjugé : 35 000 

Henri Martin prenait la tête de cette vacation d’art moderne (voir l'article Lumière sur le XXe siècle de la Gazette n° 12, pages 94-95), ses Calanques aux environs de Marseille une huile sur panneau peinte vers 1920, étant emportées pour 103 750 € (36,8 55,1 cm). La surprise venait de Jean Puy, dont Les Deux Sœurs, attendues au plus haut à 8 000 €, obtenaient 35 000 €. «J’aime avant tout la vie, j’ai une tendresse à la voir palpiter à côté de moi, les êtres et les choses bouger dans la lumière. […] Je voudrai tout dire, je voudrai mettre la vie même sur mon tableau», confie l’artiste. Né à Roanne dans une famille d’industriels, il étudie aux beaux-arts de Lyon avant de se fixer à Paris, en 1898. Sa sensibilité impressionniste apprivoise le mouvement fauve, et il se fait connaître au Salon d’automne de 1905, l’année de ce tableau. Il a appartenu à son ami Albert Marquet, représenté ici par une Nature morte au bouquet de violettes (50 61 cm), peinte environ deux ans plus tôt, et emportée pour 54 375 €. La nature était également mise en scène par un autre artiste de la même génération, Maurice de Vlaminck. Exécuté plus tardivement, vers 1919, son Bouquet à la nappe rouge (65 54 cm) décrochait 48 750 €. Signalons encore les 18 750 € requis pour Le Monastère de Simonos Petra, Mont Athos, une huile sur papier marouflé sur toile exécutée par Paul Jouve vers 1925 (140 185 cm).

dimanche 28 mars 2021 - 14:00 - Live
Osenat
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne