Le charme de Gabrielle

Le 09 janvier 2020, par Anne Doridou-Heim

Peinte vers 1910, cette petite toile s’inscrit dans une décennie de maturité et de succès pour Renoir. Un bonheur confirmé par ce résultat de 249 600 €.

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Buste de jeune femme (Gabrielle), vers 1910, huile sur toile, 22 18 cm.
Adjugé : 249 600 

La palette à l’encre et aquarelle de Marc Chagall, choisie dans notre numéro du 13 décembre (voir l'article Palette des heures sombres Gazette n° 43 de 2019, page 47) pour illustrer cette vente de tableaux modernes et qui en était le fil conducteur, n’était pourtant pas vendue. La jolie surprise venait de cette petite toile de Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), découverte à 249 600 €. Il faut reconnaître à ce Buste de jeune femme (Gabrielle), peint vers 1910, le fait d’offrir une sorte de résumé de ce qui fait reconnaître immédiatement un Renoir : la fluidité de la touche, le camaïeu délicat de coloris, avec le petit supplément de charme du sujet. La décennie 1910 est celle de la maturité et des succès. Les tableaux de l’artiste se vendent enfin bien, la critique les accepte et apprécie son style, et même les milieux officiels le reconnaissent, achetant ses Jeune filles au piano (1892). Gabrielle Renard est toujours la bonne et la nourrice des fils que lui a donnés Aline Charigot, lesquels ont été rejoints par un petit dernier, Claude. Elle reste également l’un de ses modèles préférés, peinte avec les petits, assise lisant ou au bord de la rivière occupée à laver le linge, avec un joli chapeau ou un col rose, vêtue d’étoffes orientales ou d’un sage fichu, avant que le maître peu à peu ne la dénude et ne laisse découvrir sa poitrine.

mercredi 18 décembre 2019 - 14:00 - Live
Gros & Delettrez
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne