La porcelaine sous Daoguang

Le 19 décembre 2019, par Anne Doridou-Heim

Ces deux bols pouvant former paire illustraient l’art de la porcelaine de la fin des Qing.

Chine, époque Daoguang (1821-1850). Deux bols pouvant former paire, en porcelaine décorée en bleu sous couverte et émaux polychromes dits «doucai» de fleurs stylisées dans leur feuillage, marqués Daoguang, diam. 14 et 14,2 cm.
Adjugé : 48 640 

La dynastie Qing (1644-1912) a vu régner quelques-uns des plus prestigieux empereurs de l’histoire de la Chine, Kangxi (1661-1722) et Qianlong (1735-1796) pour les citer, et fut la dernière au pouvoir avec le jeune Puyi, monté sur le trône à l’âge de cinq ans. Celui-ci eut pour grand-père Daoguang (1821-1850), lui-même petit-fils du grand Qianlong, dont il était très proche. Si l’on sait que ce dernier l’initia à l’art de la chasse, on ignore s’il lui transmit son goût pour les arts. Néanmoins, les porcelainiers continuèrent sous son règne à produire de belles choses, à l’image de ces deux bols pouvant former paire. Leur décor en émaux polychromes dits «doucai» de diverses fleurs stylisées, disposées dans leurs feuillages des plus délicats, et la marque de l’empereur inscrite en bleu sous couverte à leur revers les conduisaient vers une enchère de 48 640 €. Un peu de douceur dans une période trouble qui vit surtout un psychotrope, importé par les marchands britanniques, devenir un fléau national, avant de conduire à l’éclatement en 1839 de la première guerre de l’opium. Technologiquement et militairement inférieure aux puissances occidentales, la Chine perdra la guerre et sera contrainte de céder Hong Kong. Mais ceci est une autre histoire.

jeudi 12 décembre 2019 - 13:30 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Delon - Hoebanx
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne