Une Rolex pleine de… peps

Le 13 juin 2019, par Philippe Dufour

Dans la famille Rolex, le modèle «Pepsi» occupe une place à part, adulé par des fans prêts à tout pour ce cadran aux couleurs toniques.

Montre Rolex, GMT Master dite «Pepsi» en acier, référence 1675, année 1966, numéro de série 1437602, mouvement automatique 1570, bracelet d’origine complet.
Adjugé : 30 008 

À Brest, 30 008 € étaient offerts pour une GMT Master, dite «Pepsi», de référence 1675 portant le millésime «1966». Elle date plus précisément du deuxième trimestre de cette année (comme l’indique l’inscription «2/66» sur le fond de boîtier), et affiche le numéro de série «1437602». Rappelons les origines de sa création en 1954 (sous la référence 6542) : les pilotes de ligne et les voyageurs éprouvaient le besoin de disposer d’un affichage sur vingt-quatre heures mais aussi d’un second fuseau horaire. Une aiguille supplémentaire prit ainsi place sur le cadran, rouge ; et il suffisait de tourner la lunette pour mettre en place un second fuseau horaire. Cette fameuse lunette rouge et bleue  des couleurs qui donnent son nom au modèle, puisqu’elles ne sont pas sans rappeler celles du célèbre soda  sera d’abord en Bakélite puis en métal ; on la retrouve en 1964 au poignet du personnage de Pussy Galore (interprétée par Honor Blackman) dans le film Goldfinger. Dans cette même vente brestoise, une autre pièce colorée, mais plus suavement, remportait une petite victoire : un vase rouleau (h. 56 cm) de «Daum Nancy», à décor émaillé de violettes gravé en réserve à l’acide, que complétaient les motifs de sauterelles et d’arabesques de la base, rehaussés d’or ; il attirait 13 640 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne