« Morceaux choisis », des arts de la Chine impériale à la peinture du XXe siècle

Le 18 juillet 2019, par Philippe Dufour

Des œuvres de Lin Fengmian, de Fabergé, de Leleu et des pièces de porcelaine chinoise : un programme éclectique et alléchant attendait les connaisseurs à Cannes.

Carl Fabergé, orfèvre Anders J. Nevalainen, cadre rectangulaire de format cabinet en argent 88 zolotniks et émail translucide rouge sur fond guilloché, Saint-Pétersbourg, 1899-1903, numéro d’inventaire gravé «9147», poids brut 543,47 g, 20,5 14 cm.
Adjugé : 45 500 

La première édition de cette formule intitulée «Morceaux choisis», où le meilleur de domaines très divers se côtoit, a été un véritable succès, avec 90 % de lots vendus. Sans surprise, c’est le tableau de Lin Fengmian qui prenait les devants, récompensé par 57 200 €, pour sa Maison en bord de rivière ; réalisée à l’encre et couleurs sur papier marouflé sur toile, cette vision très zen était signée, avec cachet de lettré. Place à la céramique chinoise ensuite, avec un très séduisant vase de forme meiping en porcelaine et émail décor gravé céladon sous couverte de canards et végétaux, datant de la dynastie Ming (1368-1644) ; portant plusieurs étiquettes de collection sous la base, il ne pouvait que récolter 32 500 €. Du XVIIe siècle, un vase cylindrique en porcelaine et émaux de la famille verte, à décor de cavaliers sur une terrasse arborée, de fleurs et rochers, était saisi pour 19 760 €. Tandis que pour 18 850 €, on avait le choix entre une coupe de la période Yuan (1271-1368), couverte d’un délicat émail bleu de type junyao, et une jarre de la même époque. Retour en Europe pour la suite de cette dispersion, avec un accent porté sur les arts décoratifs du XXe siècle. À la première place dans cette catégorie avec 45 500 €, un élégantissime cadre par l’orfèvre russe Fabergé faisait son entrée ; réalisé en argent 88 zolotniks et émail translucide rouge sur fond guilloché de vagues verticales, il portait un décor ciselé de style néoclassique, la partie supérieure ornée de guirlandes feuillagées retenues par un nœud enrubanné. Enfin, last but not least, un grand guéridon de la maison Leleu, en verre églomisé, métal patiné et doré, provenant d’un appartement de Cannes entièrement décoré par le célèbre ensemblier dans les années 1960 était enlevé en échange de 29 900 €.

mercredi 10 juillet 2019 - 13:30 - Live
31, boulevard d'Alsace - 06400 Cannes
Pichon & Noudel-Deniau (Azur Enchères)
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne