facebook
Gazette Drouot logo print

Succès pour la collection des Creuzevault

Le 11 décembre 2019, par Anne Doridou-Heim

Un très bel accueil était réservé aux œuvres réunies par ces passionnés autour de quelques-uns des grands noms de la scène parisienne de l’après-guerre.

Succès pour la collection des Creuzevault
Wifredo Lam (1902-1982), Sans titre, 1970, huile sur toile, 100 81 cm.
Adjugé : 215 900 

La belle histoire entre les Creuzevault père et fille et l’art moderne, saluée ici d’un résultat de 2 582 164 €, déroulait ses fils dans l’«Événement» de la Gazette no 40 du 22 novembre (voir l'article Henri Creuzevault : une collection axée sur la sculpture page 14). L’article détaillait la formidable effervescence qui régnait dans le Paris artistique de l’immédiat après-guerre, lorsqu’on pouvait croiser au sein d’une même galerie Picasso, Miró, Giacometti, de Staël et tant d’autres. Henri Creuzevault (1905-1971) avait une passion, rare à l’époque, pour la sculpture. Elle s’était véritablement concrétisée par sa rencontre avec Germaine Richier (1902-1959), la signature d’un contrat d’exclusivité au printemps 1959 puis, après la mort prématurée de l’artiste le 31 juillet de la même année, la promotion de son œuvre. C’est elle qui dominait cette vacation avec les pattes tentaculaires et autres toiles vampiriques de sa création. Une épreuve en taille moyenne de sa Mante, conçue en 1946, accrochait 228 600 € (reproduite page de droite) et l’une de L’Araignée II (43 20 27 cm), tirée en douze numéros et justifiée celle-ci 5/8, tissait 83 820 €. Les résultats du Cheval à six têtes et de La chauve-souris n’étaient pas communiqués. Prenant la suite de son père, Colette Creuzevault s’ouvre à l’univers onirique et féminin de Niki de Saint Phalle (1930-2002) et à celui, fantasmagorique, du surréalisme sud-américain. De la première, quelques objets et meubles déployaient leurs couleurs vitaminées dans l’après-midi : 53 340 € revenaient à l’accueillant fauteuil Clarice (119 114 80 cm), 44 450 € se reflétaient dans Le Miroir (105 150 20 cm) de 1980, 57 150 € se déposant sur une table et un tabouret de la même année, le tout sous le regard du Vase chat (31 40 21 cm), de 1986, souriant dans ses moustaches à 29 210 €. Deux voix s’exprimaient encore haut et fort : à 215 900 €, celle du peintre cubain Wifredo Lam (1902-1982) avec une toile Sans titre, de 1970 (reproduite ci-contre), et à 241 300 €, celle de Jean Dubuffet (1901-1985) avec un Masque de théâtre II (h. totale 48,8 cm) exécuté sur polyester le 6 mars 1969. Grande amie de César (1921-1998), comme son père, Colette organise au printemps 1973 une exposition qui entrera dans les annales, «Tête à têtes». La fidélité ne se démentira jamais, comme le rappelaient ici plusieurs œuvres, vendues à partir de 2 032 € pour une épreuve en acier poli d’un Sein bijou de 1966, et jusqu’à 86 360 € pour le triptyque des Marionnettes.

mercredi 11 décembre 2019 - 15:00 - Live
De Baecque et Associés
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot