L’urne mystérieuse d’Hirtius

Le 18 mars 2021, par Philippe Dufour

Unique en son genre, la pièce a fait couler beaucoup d’encre parmi les archéologues depuis le XIXe  siècle… Quelle qu’en soit l’origine, son histoire extraordinaire en fait un objet de haute curiosité, qui lui a valu un achat officiel.

Urne en bronze à patine vert foncé de forme cylindrique, à décor en relief, inscription
gravée «DIS.M.HIRTIUS.C.ANNO.VIICX.», h. 
24, diam. 21,8 cm.
Adjugé : 7 076 

L’urne cinéraire, coulée dans un bronze à patine vert foncé (h. 24, diam. 21,8 cm), présente un remarquable décor en relief d’un homme blessé portant une couronne de lauriers sous un palmier, accompagné d’un putto et d’un jeune serviteur, le tout encadré de deux bucranes tandis qu’au dos s’élève un trophée d’armes (voir l'article Vase mystificateur à Soissons de la Gazette n° 10, page 136). Au-dessus de la scène principale se trouve aussi une inscription gravée, «DIS.M.HIRTIUS. C.ANNO.VIICX.», donnant un début d’explication : Hirtius, mentionné dans cette inscription, était le lieutenant de Jules César, et le vase funéraire pouvait avoir contenu ses cendres. Découvert en 1834 à Bavay, dans un champ bordant une ancienne voie romaine, il a d’abord été considéré comme antique, et à ce titre passa par plusieurs collections prestigieuses, telle celle du comte belge de Renesse-Breidbach… avant d’être reconsidéré comme la réalisation d’un atelier padouan de la Renaissance ou même d’un faussaire hollandais ! Quoi qu’il en soit, la valeur de l’urne mystérieuse vient d’être validée par son acquisition, à 7 076 €, par le département du Nord, pour le musée du Forum antique de Bavay. Cependant, la pièce la plus récompensée consistait en un encrier égyptien à double godet en basalte noir sculpté du dieu Thot accroupi, le pourtour étant gravé de hiéroglyphes (5,5 cm). Un accessoire qui était à vous contre 14 213 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne