Amsterdam, place de la cartographie au XVIIe siècle

Le 08 février 2018, par Anne Doridou-Heim
Hondius, Nouveau théâtre du monde ou Nouvel Atlas comprenant les tables et descriptions de toutes les régions de la Terre, Amsterdam, Henry Hondius, 1639-1641, trois volumes, grand in-folio.
Adjugé : 48 444 €

Au milieu du XVIIe siècle, il reste encore tant à découvrir du vaste monde. Les Hollandais s’y emploient, lançant vaillamment leurs goélettes et leurs équipages. L’enjeu est de taille, s’agissant rien de moins que de s’assurer la suprématie sur les mers, et donc sur la possession des terres et de leurs richesses… et d’évincer définitivement les Portugais. La concurrence anglaise est cependant rude, et la Hollande a bien besoin de ses talentueux géographes pour l’accompagner dans sa tâche. Sur ce sujet, elle peut être tranquille, car ce sont bien eux qui dominent. Et en particulier Jodocus Hondius (1563-1612), passé à la postérité pour avoir établi Amsterdam comme centre européen de la cartographie dès le début du XVIIe, grâce à ses cartes du Nouveau Monde et à la republication, étoffée de vingt-six cartes supplémentaires, du fameux Atlas de Mercator. À sa mort, sa femme et ses deux fils, Jodocus II (1593-1629) et Henricus (1597-1651), poursuivent son œuvre. Suite au décès prématuré de son aîné, Henricus s’associe avec Johannes Janssonius (1588-1664), devenu son beau-frère. Ensemble, ils publient le Théâtre du monde ou Nouvel atlas comprenant les tables et descriptions de toutes les régions de la Terre entre 1639 et 1641, une version considérablement augmentée de l’ouvrage paternel. Trois volumes in-folio enrichis de 318 planches sur 321 pour un exemplaire complet en témoignaient à 48 444 €, malgré des reliures endommagées par un accident dû à l’eau. Janssonius ne s’arrêtera pas là, en concurrence avec un autre nom célèbre, Willem Blaeu. Année après année, il poursuivra son «grand œuvre» et publiera en 1660 son Atlas Major, un monument en onze volumes dont l’un consacré au ciel. En faisant de la Terre le plus bel endroit qui soit, les cartographes s’invitent dans la découverte de l’univers et leurs résultats, inlassablement, montrent la fascination que leurs travaux inspirent.

Duchamp préempté

Le 08 février 2018, par Anne Doridou-Heim
 

Le travail du Normand Marcel Duchamp (1887-1968) sera mis en lumière à partir du mois de juin au musée des beaux-arts de Rouen. La motivation des commissaires étant d’expliquer, au fil d’un abécédaire clair destiné à le mettre à la portée de tous, comment l’homme a contribué à bouleverser radicalement l’art du XXe siècle. À Drouot, c’est le vendredi 2 février chez Audap-Mirabaud (M. Perras) qu’il s’exprimait, et se voyait retenu par la BnF. L’institution parisienne préemptait un exemplaire de sa série complète de douze «Rotoreliefs» (diam. 19,8 cm chacun) créée en 1935, puis éditée par Daniel Spoerri et Jean Tinguely en 1959. Ces disques de carton imprimés de motifs en spirale, à utiliser sur des électrophones afin de produire l’illusion du volume, y tournaient à 10 428 €.

vendredi 02 février 2018 - 14:00 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Mirabaud - Mercier
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne