La peinture normande illustrée, avec Fouace et Guillemet

Le 20 avril 2020, par Philippe Dufour

À Cherbourg, place aux artistes natifs de la Normandie ou l'ayant célébrée, à travers leurs toiles. A l'image d'Antoine Guillemet et de ses paysages vibrants ou de Guillaume Fouace, maître de la nature morte habitée.

Guillaume Fouace (1827-1895), Le Coq, huile sur toile, 54,5 x 73,5 cm.
Adjugé : 11 640 €

Comment nier la présence de ce Coq, volatile mis en scène dans une huile (54,5 x 73,5 cm) tout juste sacrifié, à côté d'un bol révélateur, et au plumage particulièrement bien rendu ? Ainsi pour cette œuvre connue et répertoriée (elle a été présentée à l'exposition consacrée au peintre par le musée Thomas-Henry à Cherbourg, en 1995, et reproduite dans l'ouvrage Guillaume Fouace aux Cahiers culturels de la Manche), deux connaisseurs ferraillaient-ils jusqu'à 11 640 €. Toujours inspirée par les ingrédients de la cuisine locale, une Nature morte à la poule, carottes et cuivre, un tableau daté 1877 (65 x 81cm), permettait également à l'artiste de déployer ses talents pour rendre l'éclat du métal (10 320 €). Même exercice avec une autre Nature morte à la timbale d'argent (46 x 33,5 cm), introduisant une notion de luxe, plus rare chez l'artiste Il en coûtait 10 080 € pour l'admirer. Quant à Jean Baptiste Antoine Guillemet, né à Chantilly, mais descendant d'un armateur rouennais, il s'est épris de la côte normande dans les années 1880 ; dès lors, cet ami de Manet en multipliera les vues, dans une technique impressionniste. En témoignait la toile représentant La Côte de Réville (38 x 55,5 cm), qui récoltait 10 680 € ; précisons qu'elle est bien connue, car vue à l'exposition organisée au château de Saint-Pierre-Eglise en 1993 et reproduite dans l'ouvrage monographique de référence de Mitchell (1981). Du même, lui succédait pour 8 160 € L'Eglise de Barfleur peinte sur toile en 1896 (73 x 55 cm) et dédicacée "Au petit Cécilo". On pouvait encore décrocher, à condition de débourser 6 720 €, son panorama de Morsalines (54 x 73 cm), une commune du littoral de la Manche.
Pour la vente de la veille, 5 avril, signalons les 4 320 € recueillis par un pichet à vin signé à la roue par Emile Gallé vers 1890 (h. 23, diam. 18 cm) ; en verre camée multicouches, il présente un riche décor de raisins blancs et rouges, entremêlés de vrilles et de feuilles.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne