Bijoux de créateurs : Boivin, Belperron, Fouquet

Le 19 novembre 2020, par Anne Doridou-Heim

René Boivin, Suzanne Belperron et Georges Fouquet, trois noms de poids pour des résultats de choix.

Maison René Boivin, vers 1934-1936, bracelet jonc ouvert en vermeil et or jaune à décor pyramidal, serti en son centre de citrines orange et jaunes rectangulaires à pans coupés et fantaisie en camaïeu, poids brut 50,8 g.
Adjugé : 80 640 

Célèbre pour ses parures art nouveau, Georges Fouquet (1862-1957) a su s’adapter aux temps modernes et produire des bijoux dans le pur esprit art déco, à l’image du bracelet jonc en argent, ivoire et jadéite que l’on pouvait admirer dans la Gazette n° 39 du 6 novembre (voir l'article Georges Fouquet côté art déco page 42), ouvert à 39 680 €. Pour la maison René Boivin, les vocabulaires du cubisme, de l’art abstrait et de l’art déco sont en permanence employés. Son fondateur décédant prématurément en 1917, son épouse Jeanne – née Poiret, sœur de Paul – la prend en main et fait appel à Suzanne Belperron (1900-1983), tout nouvellement sortie de l’école des beaux-arts. La créatrice fera prendre un virage à la maison avec ses dessins où les volumes et les volutes arrondissent les codes géométriques, révolutionnant le monde de la joaillerie par son traitement sculptural des gemmes. Ce bracelet jonc ouvert en vermeil, serti d’un camaïeu jaune orangé de citrines, l’exprime avec brio et à 80 640 €. Il a été réalisé vers 1934-1936 : Suzanne Belperron est partie vers d’autres horizons et a été remplacée par Juliette Moutard, mais ses dessins continuent à être employés et son style-signature perdure. Le dernier résultat est une surprise : les 54 600 € portés sur un collier de perles d’émeraude en chute taillées à côtes de melon.

mardi 10 novembre 2020 - 14:00 - Live
22, rue Drouot 75009 Paris
Gros & Delettrez
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne