La Gazette Drouot
Coup de coeur - Quatre doubles magnums
Retour au sommaire
Quarté gagnant
Pour accompagner les ripailles de fin d’année, rien de tel qu’un grand millésime.
Et pourquoi pas un Carré d’as 2000, à la carte de la prochaine vente cannoise ?
vizner

Adjugé 41 280 € frais compris.
Carré d’as de quatre doubles magnums au millésime 2000.
Cannes, vendredi 28 décembre 2007,
Besch Cannes Auction. M. Kuzniewski.

La réputation de Cannes comme pôle majeur des ventes aux enchères de vins n’est plus à faire.
Désormais, les rendez-vous de maître Besch hissent l’étude cannoise au premier rang de ce type de vacations en province, non loin derrière Paris. Les 28 et 29 décembre prochains devraient apporter quelque crédit à cette réputation.
En effet, entre la dispersion d’une cave de prestige d’un particulier, puis de vins de provenances diverses, pas moins de 700 000 euros seront mis en jeu. Si les amateurs locaux garnissent abondamment l’assemblée, la clientèle étrangère, notamment asiatique et scandinave, à laquelle s’ajoutent d’irréductibles Américains, viendra comme à l’habitude créer des records d’enchères. Gageons que tous ces nez ne resteront pas insensibles au Carré d’as de l’année 2000, provenant de la cave d’un grand connaisseur. Voilà tout à la fois un précieux potentiel de qualité, mais aussi d’investissement, critère non négligeable en la matière. Sachez qu’en un an, nous rapporte l’expert Pascal Kuzniewski, le portefeuille des investisseurs asiatiques a augmenté de 50 %. Et si un petit ralentissement se laisse entrevoir, cette progression majeure est un signe qui ne trompe pas. Le vin est devenu un pari financier. Finalement, c’est toute l’histoire de ce Carré d’as, lancé comme un véritable coup de poker ! Nous sommes à la fin de l’année 1994. La maison Moueix décide de lancer la commercialisation du millésime 2000, notamment par l’intermédiaire du Carré d’as.
Ce dernier peut se présenter sous plusieurs formes, mais comprendra toujours l’équivalent en contenance de seize bouteilles. Ainsi, notre coffret contient-il quatre doubles magnums, mais on peut tout aussi bien s’offrir huit magnums ou seize bouteilles... Ces dernières étant toujours réparties équitablement entre quatre grands crus mythiques de bordeaux. Le petrus représente divinement les Pomerol, le château-latour les Pauillac, le margaux défendant les couleurs des Médoc et le haut-brion, les Graves. Pourtant, l’opération était un sacré pari sur l’avenir...
Mais jamais un coup de dés n’a aboli le hasard, et l’année 2000 s’est révélée historique. De plus, ce sont les meilleurs vins de Bordeaux qui furent choisis. En tête de ceux-ci, le roi petrus. Un vin non classé, provenant du domaine de pomerol, mais toujours mythique. En outre, petrus a lancé la maison Moueix, notamment grâce aux Kennedy, dont c’était le nectar favori ! Notre coffret présente quatre bouteilles de doubles magnums, ce qui le rend encore plus convoité. En effet, les grandes contenances des meilleurs crus sont rares, à plus forte raison pour petrus, qui ne produit que 30 000 bouteilles par an. Le Carré d’as a fait mouche ! Surtout qu’il est désormais avéré que le millésime 2000 est de haute tenue. Si les passionnés de l’époque ont dû débourser un peu moins de 2 000 euros pour acquérir l’un de ces Carrés magiques, aujourd’hui les amateurs doivent aller jusqu’à 19 300 euros au marteau, comme ce fut le cas le 26 octobre 2006 chez Tajan pour un Carré d’as de doubles magnums. Une opération commerciale tout à fait novatrice a d’ores et déjà fait date. Alors, qui sait ce que l’avenir nous réserve ?.
Caroline Legrand
http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp