La Gazette Drouot
Blanche Odin
Blanche Odin dans tous ses états

Grâce à la dispersion, à Cannes, d’un ensemble de quarante-six oeuvres et d’un livre d’heures,
le talent de Blanche Odin s’épanouira en un bouquet fort bien composé...

Qui ne connaît pas Blanche Odin ? Cette grande aquarelliste française spécialiste des compositions florales est une habituée des salles de ventes. Mais, le samedi 26 octobre, l’étendue de son art en ébahira plus d’un. Provenant de plusieurs collections françaises, notamment du Sud-Ouest, un ensemble d’exception sera dispersé, projetant un jour nouveau sur cette artiste née à Troyes. Quarante-six aquarelles (de 200 à 8 000 euros) déclineront les thèmes fétiches de Blanche Odin. Les fleurs, bien sûr, mais aussi les portraits du début de sa carrière, les paysages et les scènes intimistes. Et puis, un étonnant livre d’heures, qui, pour parler hardiment, fait déjà “le buzz” !
L’aquarelliste a donc abandonné ses pétales pour se consacrer à l’enluminure, adoptant de plus le style art nouveau. Sur les thèmes des devoirs du Chrétien, de la bénédiction des époux, de la Sainte Messe ou encore de l’alléluia, rinceaux feuillagés, scènes symbolistes et personnages médiévistes peuplent l’ouvrage. Chaque page est monogrammée ou signée par l’artiste, l’écriture gothique accompagne des sujets conformes aux canons des enlumineurs du Moyen Âge...
Rien d’étonnant pour cette ancienne pensionnaire des Ursulines. Durant ses longues années au couvent, sa foi a grandi et les travaux de dessin ont aiguisé son talent. L’artiste sans doute rend hommage à Dieu pour le don qu’il lui a offert, à tel point que l’expert Monique Pujo-Monfran considère cet ouvrage comme le chef d’oeuvre de la vie de Blanche Odin. À côté de scènes très décoratives – art nouveau oblige – et de minutieuses lettrines, on découvre des allégories féminines dignes des plus belles figures symbolistes, telles la femme drapée à l’antique de la page de titre ou Ophélie. Plus loin, un chevalier agenouillé d’esprit médiéval côtoie une émouvante crucifixion montrant Marie-Madeleine en pleurs et Marie effondrée, dans une brillante reprise de Prud’hon. Blanche Odin a réalisé plusieurs illustrations de livres, notamment pour les Contes Blancs de Jules Lemaitre. Elle n’a de cesse de se remettre chaque jour à l’ouvrage, à l’heure où la lumière se fait la plus belle. Depuis ses onze ans, elle partage sa vie entre Paris et les Hautes-Pyrénées, d’abord à Maubourguet avec ses parents, puis à Bagnères-de-Bigorre. La peinture étant encore un monde très fermé aux femmes, Blanche Odin hésitera longtemps entre se consacrer à l’art ou entrer en religion. Au fil de ses études, de ses passages dans les ateliers, dont celui de Madeleine Lemaire, le choix s’impose : elle est séduite par l’aquarelle, technique qu’elle portera à la perfection. Joseph Redouté pour ses fleurs, Delacroix pour les couleurs, les grands maîtres deviennent ses modèles. Elle expose avec succès, obtient des récompenses et l’État lui achètera de nombreuses oeuvres. Les élèves ne manquèrent pas pour apprendre auprès de l’aquarelliste les secrets de sa peinture, de cet incomparable éloge de la beauté et du rêve...

odin

Blanche Odin (1865-1957)
Livre d’Heures, 149 pages enluminées sur pages vélins avec décor à l’encre,
à l’aquarelle, rehauts de gouache, rehauts dorés et argentés, 15,5 x 11 cm.

QUAND ?
Samedi 26 octobre 2013

OÙ ?
Cannes, Azur Enchères Cannes SVV.
Mme Pujo-Monfran.

COMBIEN ?
Estimation : 30 000/40 000 euros.

La Gazette Drouot n° 35- 18 octobre 2013- Caroline Legrand


http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp