La Gazette Drouot
Une toile du Douanier Rousseau
Un paysage surgi du passé

Le Douanier Rousseau peint la vie rurale dans un tableau inédit. Une histoire singulière...
en adéquation avec la personnalité de cet artiste inclassable.

C’est une histoire pas comme les autres, qui a tout pour plaire aux collectionneurs avertis. À l’image de son auteur, cette toile a en effet connu un destin étonnant. Le légataire universel du Douanier Rousseau, Yann Le Pichon, n’a découvert que tout récemment cette oeuvre acquise auprès du peintre... par une marchande de lingerie parisienne, fixée rue de Rennes, qui décida d’investir dans l’art. De manière audacieuse et judicieuse. La dame faisait avec ses moyens, négociant âprement son argent durement gagné contre des toiles de maîtres. Elle choisit de s’adresser directement aux peintres, réussissant à obtenir des oeuvres pour quelques dizaines de francs. Les affaires tournèrent en sa faveur et jamais elle ne fut obligée de revendre sa collection, passée à ses descendants par héritage. C’est pourquoi ce Paysage signé du Douanier Rousseau n’avait jamais été montré, ni en salle des ventes, ni en galerie. Acheter un tableau d’Henri Rousseau était un pari bien osé à cette époque, où le peintre se voyait malmené par la critique. Ses apparitions au Salon des indépendants, entre 1886 et 1910, se sont en effet pour la plupart soldées par des railleries. Sauvées par leur exotisme, seules ses jungles et ses combats d’animaux échappaient à ce destin. La cote de l’artiste n’a jamais véritablement décollé de son vivant, malgré le soutien de ses pairs, Robert Delaunay ou Pablo Picasso, et d’écrivains célèbres, tels Alfred Jarry, natif comme lui de Laval, et Guillaume Apollinaire. Notre marchande de lingerie était une avant-gardiste parmi les avant-gardistes ! On peut néanmoins penser qu’elle a eu connaissance de l’oeuvre originale de Henri Rousseau par le bouche à oreille. Tous deux vivaient en effet dans le quartier de Montparnasse, l’artiste s’étant installé impasse du Maine en 1885. Depuis peu – il a pourtant quarante et un ans –, Rousseau s’est mis à la peinture. Ce loisir pratiqué à ses moments perdus lors de son travail à l’octroi de Paris, entre 1871 et 1893, va bientôt prendre une place plus importante dans sa vie. Un de ses anciens voisins, le peintre académique Clément, l’avait lancé sur cette voie en le mettant en contact avec Gérôme et Cabanel. Rousseau, en totale admiration devant ces grands artistes, n’hésite pas à leur demander conseil. Les paysages parisiens deviennent alors son thème de prédilection. L’autodidacte que Jarry surnomme le «Douanier» – un coup de pub pour le moins réussi – connaît cependant très bien son art et son histoire.

christ
Adjugé 120 300 euros frais compris.
Henri Rousseau, dit le Douanier (1844-1910), Paysages, huile sur toile, 37,9 x 45,8 cm.
Nevers, samedi 21 avril. Michaud Enchères SVV.
Très éloigné des préoccupations des impressionnistes, il veut faire une peinture «réaliste». Il n’appréciait pas le terme de «naïf» et se définissait lui-même comme un «primitif moderne». Félix Valloton disait justement de ses toiles qu’elles étaient «l’alpha et l’oméga de la peinture»... Mais, si Rousseau veut décrire la nature qui l’entoure, il le fait dans des compositions où la perspective est absente, les proportions non respectées. Bref, où son imagination met bien souvent son grain de sel. Une sensibilité aiguisée par la découverte des arts africains, orientaux, mais aussi populaires. Les paysages de la campagne française n’échappent pas à cette ambiance intemporelle, à cette schématisation confinant à l’idéal. Mais ce monde de rêves dissimule bien souvent quelque danger et appelle à des interprétations multiples. Le Douanier Rousseau portait un grand intérêt aux réalités quotidiennes, et l’implantation des usines au coeur du paysage rural, en cette fin du XIXe siècle, ne devait pas lui échapper...
La Gazette Drouot n° 16 - 20 avril 2012 - Caroline Legrand


http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp