La Gazette Drouot
Un violoncelle de Jean-Baptiste Vuillaume
Suite pour violoncelle
Sans complexes, on aura bientôt la corde sensible pour un exceptionnel instrument du quatuor.
Vibrez, mélomanes et collectionneurs !
Né en Italie au XVIe, le violoncelle acquiert sa forme définitive à la fin du siècle suivant. Concurrent de la viole de gambe, il s’en distingue par ses dimensions, plus grandes, et par sa tessiture, entre la contrebasse et le violon alto. Bénéficiant d’une sonorité profonde, il enrichit avec le clavecin la basse continue. Les Concertos pour violoncelle et orchestre de Vivaldi et les fameuses Suites pour violoncelle de Bach mettront en valeur ses multiples ressources polyphoniques – et l’imposent en ce XVIIIe siècle comme instrument soliste. Exaltant les portées mélodiques du violoncelle, Boccherini et Haydn en font ensuite l’instrument par excellence de la confidence. À l’époque romantique, une méthode jetant les bases du doigté compare d’ailleurs le timbre du violoncelle à celui d’une voix humaine, touchante et majestueuse. Beethoven fait alors du violoncelle un interprète privilégié du moi intérieur. Cet héritage musical se fera ensuite entendre dans les sonates de Ravel, de Debussy, de Xenakis élargissant le répertoire de façon vertigineuse... Bien sûr, les possibilités expressives et chaleureuses du violoncelle se sont aussi développées grâce à la recherche constante des facteurs. Parmi lesquels Jean-Baptiste Vuillaume, le plus prolifique et le plus inventif des luthiers français du XIXe siècle. Le jeune homme est d’abord l’apprenti de son père Claude, à Mirecourt où on est luthier depuis trois générations. En 1818, il quitte sa ville natale avec trois écus en poche – il les conservera précieusement jusqu’à la fin de sa vie ! – et achève son apprentissage auprès de François Chanot.
Adjugé 187 000 euros (126 398 euros frais compris).
Jean-Baptiste Vuillaume (1798-1875),
violoncelle fait à Paris au millésime de 1866, numéroté 2679, portant l’étiquette de Jean Baptiste Vuillaume et son paraphe, 755 mm.
Vichy, jeudi 9 juin. Vichy Enchères SVV. M. Rampal.
Travaillant ensuite dans le magasin de Nicolas-Antoine Lété, Vuillaume fabrique des instruments d’un fini impeccable. Son savoir-faire permet à son patron de remporter en 1823 une médaille d’argent à l’exposition des produits de l’industrie. La même année, il décide de signer et de numéroter ses oeuvres. Cinq ans plus tard, Jean-Baptiste Vuillaume s’installe au 46, rue Croix-des-Petits-Champs, où il restera plus de trente ans. Réalisant des pièces d’une grande qualité sonore, il conçoit également des instruments extravagants, à l’exemple d’une octobasse haute de 3,50 m ! En 1836, il élabore un archet à mèche interchangeable, facilitant grandement la vie des musiciens en concert. Fidèle à l’esthétique de l’école de Crémone, Vuillaume acquiert la somptueuse collection d’instruments anciens du marchand italien Luigi Tarisio. Elle lui permet de percer les secrets des maîtres, tels Guarnerius del Gesù et Stradivarius. En 1858, il abandonne la revente et emménage au faubourg des Ternes. Délaissant la reproduction de pièces anciennes, il décide de créer uniquement des oeuvres originales. Atteignant une maturité artistique, Jean Baptiste Vuillaume réalise alors des violons et des violoncelles qu’il recouvre uniformément d’un vernis plein. Il en modifie aussi la composition, à la fois plus claire et plus souple, comme l’illustre notre violoncelle affichant un bel orangé transparent. Issu d’une collection, il est proposé dans un état de conservation remarquable, ne souffrant d’aucunes retouches. Numéroté, il est daté 1866 et étiqueté 3 rue Demours-Ternes à Paris. D’une grande qualité sonore, il possède aussi un timbre hors pair. Menant la danse des instruments à cordes, notre violoncelle attend de faire “joliment l’affaire d’un bel artiste”, pour reprendre les mots de Vuillaume, un luthier bien verni.

Adjugé 187 000 euros (126 398 euros frais compris).
Jean-Baptiste Vuillaume (1798-1875),
Détail
Vichy, jeudi 9 juin. Vichy Enchères SVV. M. Rampal.

La Gazette Drouot N°22 - 3 juin 2011 - Chantal Humbert


http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp