La Gazette Drouot
Vase gourde Cavalier persan de Émile Galle
La voie islamique

Maître du naturalisme art nouveau, Émile Gallé a d’abord exploré de nombreuses voies, notamment moyen-orientales, pour mieux fusionner esthétique et technique.

Il ne faut jamais se fier aux apparences ! Ce précieux vase n’est pas un virtuose témoin de l’art islamique du métal au XVe siècle, mais une production en verre de 1884 d’un artiste plus connu pour ses accointances japonisantes, Émile Gallé...
Déjà, à l’Exposition universelle de 1867 à Paris, un certain Philippe-Joseph Brocard avait remporté un vif succès
avec ses pièces en verre d’inspirations perse et mauresque, après savoir redécouvert la technique arabe des émaux durs colorés en plein. Une visite au musée de Cluny, qui abrite une collection de lampes de mosquée en verre émaillé, avait décidé de son intérêt pour le verre islamique. En 1871 le jeune Émile Gallé, représentant son père à l’Exposition de Londres, entre autres trouvailles prête grande attention aux vases islamisques du South Kensington Museum. Quatre années plus tard, Charles Gallé donne un modèle de “lampe algérienne”, puis lors de l’exposition parisienne de 1878, Émile, qui a officiellement pris les rênes de l’entreprise depuis un an, expose son savoir-faire verrier avec des modèles à la mode japonaise aux émaux champlevés. La technique arabe n’est pas pour autant négligée, explorée plus en avant à Cluny, dont le Nancéien connaît bien le conservateur, Edmond Du Sommerard. Les productions islamiques accapareront même une grande partie de son attention, plus spécialement dans les années 1880. Mais là où ses contemporains vouent une fidélité aux originaux jusqu’à créer la confusion entre pièces contemporaines et anciennes, comme les Brocard, Gallé va innover, imaginant des œuvres virtuoses, stylistiquement “dans le goût de” et techniquement appuyées sur une maîtrise totale des matériaux. Côté décor, on sait qu’il possédait un exemplaire de La Civilisation des Arabes de Gustave Le Bon, éditée en 1884. Gallé s’inspire aussi bien des modèles islamiques en verre qu’en terre ou en métal, et n’hésite pas à panacher ses sources. Les enluminures de la Perse seldjoukide en font partie. En 1884, à la huitième exposition de l’Union centrale des arts décoratifs où il triomphe, Gallé adresse une notice au jury, où figure un paragraphe intitulé “Émaux opaques associés aux couleurs à reflets avec adaptation au style persan”...
mesnager

Adjugé 42 000 euros au marteau.
Êmile Gallé (1846-1904), vase gourde Cavalier persan sur un éléphant dans un décor floral animé d’insectes, 1884, verre translucide légèrement ambré à décor gravé à l’acide, avec rehauts d’émaux jaunes, verts, rouges et or, h. 28,8 cm.
Jeudi 7 juin 2012, Espace Tajan. Tajan SVV. M. Wattel.

Si le décor ciselé de notre vase évoque les créations métalliques iraniennes, notre scène à l’éléphant est tirée d’une miniature moghole. Dans l’iconographie dite “au cavalier persan”, développée par Gallé entre 1882 à 1889, ce vase constitue une exception, un cheval mené au galop étant habituellement représenté, comme sur le coffret de 1882 conservé au Musée de l’école de Nancy. Ce n’est qu’en 1894 que les Gallé se dotent de leur propre cristallerie. Auparavant, ils collaboraient avec la verrerie de Meisenthal dirigée par Mathieu Burgun, devenue allemande après la guerre de 1870. Depuis 1860, celle-ci se chargeait uniquement de la fabrication, la recherche de matériaux, la coloration, les formes et les décors étant conçus à Nancy par Gallé et ses collaborateurs. À partir de 1866, Charles Gallé emploie à Meisenthal, pour son propre compte, les talents d’un jeune décorateur à l’émail, Désiré Christian, future cheville ouvrière des succès de son fils. C’est l’année suivante qu’Émile s’engage dans l’aventure. Meisenthal produit pour les Gallé aussi bien des pièces courantes que d’exception. À n’en pas douter, notre vase appartient à la seconde catégorie.
gonzales

Détail

La Gazette Drouot n° 22 - 1er juin 2012 - Sylvain Alliod


http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp