La Gazette Drouot
Page des Lauriers de César par René Goscinny
Farpaitement !

Ou comment Obélix, qui ne boit que du lait de chèvre, devient provisoirement alcoolique. L’occasion de savourer un ragoût avec la couronne de laurier d’un imperator nommé César...

Attention, cette page des Lauriers de César est cultissime ! Notre cher Obélix, passablement aviné, y lâche un retentissant “Farpaitement” dans les rues de Lutèce endormie. Une case plus loin, un volet brutalement ouvert laisse d’ailleurs exploser la colère d’un habitant : “Vous savez l’heure qu’il est ? Allez vous amusez ailleurs avec votre bonne femme, bande de débauchés !”. Déjà humiliée par le comportement de son époux Abraracourcix, lui aussi en état d’ébriété, voici la pauvre Bonemine prise pour une fille de mauvaise vie ! Mais quelle mouche a donc piqué l’élite du plus redouté des villages gaulois ? Nous sommes au début d’une nouvelle aventure des héros imaginés en 1959 par René Goscinny et Albert Uderzo. Elle sortira sous forme d’album en 1972, après avoir été prépubliée dans le magazine Pilote. Le chef du village, escorté par les fidèles Astérix et Obélix, s’est rendu à Lutèce pour visiter le frère de sa femme, Homéopatix. Riche commerçant, ce dernier le méprise, allant jusqu’à l’appeler “machin”. On l’imagine, celui qui est à la tête d’un “village de barbares”, comme aime à le souligner une Bonemine ne rêvant que de venir vivre à Lutèce, goûte son beau-frère à dose homéopathique, ceci expliquant cela... Il a en revanche davantage apprécié les breuvages servis lors du dîner familial, marqué par une dispute à thème gastronomique qui va déboucher sur un pari d’ivrognes expliquant l’air boudeur d’Astérix, marchant dans les rues de Rome. Lequel ? Préparer un simple ragoût, mais parfumé avec les feuilles de laurier de la couronne de César. Par Toutatis, une idée à se prendre le ciel sur la tête ! Toujours est-il que pour sauver l’honneur de leur chef, Astérix et Obélix n’ont d’autre choix que de relever le défi... La vente où sont proposées nos deux planches comprend également, pour la même estimation, les 25 A et 25 B montrant nos deux gaillards en train de se faire arrêter par des légionnaires, soupçonnés de vouloir attenter à la vie de César. À la grande satisfaction d’Astérix puisque leur geôle se trouve dans la prison du palais. Autant dire que le loup est introduit dans la bergerie et que, bien entendu, les Gaulois rapporteront en Armorique le précieux trophée. Ce dernier est d’ailleurs le symbole de la victoire. Il est porté par les imperatores (les généraux vainqueurs) pendant le triomphe, au cours duquel un cortège composé de chars, de prisonniers réduits en esclavage, de butins et autres trophées de guerre, les conduit via la Voie Sacrée jusqu’au temple de Jupiter sur le Capitole, où la couronne était consacrée à ce dieu. Le Sénat va donner le droit à César de porter en permanence le titre d’”imperator”, qui devient héréditaire. La voie est ouverte pour transformer la République en Empire, fondé par Auguste. Laissons le soin à Uderzo lui-même de conclure : “Cet album est la preuve de notre profond respect pour César [...] D’ailleurs, je n’ai jamais caricaturé César dans le but de le tourner en ridicule. César a vraiment marqué l’Histoire... Alors que son héritier, Auguste, a donné son nom à un clown !” Vous avez dit “Farpaitement” ?

obelix

2014 Les éditions Albert René / Goscinny - Uderzo

René Goscinny (1926-1977),
Albert Uderzo (né en 1927), Les Lauriers de César (prépublié dans Pilote, du
30 septembre 1971 au 24 février 1972), encre de Chine des planches 7 A et 7 B, signée par Uderzo, 26,2 x 43,6
et 29 x 43,5 cm.

QUAND ?
Mercredi 7 mai 2014

OÙ ?
Salle 5 - Drouot-Richelieu.
Kapandji - Morhange SVV.

COMBIEN ?
Estimation : 70 000/100 000 euros

obelix

Détail

2014 Les éditions Albert René / Goscinny - Uderzo

 

La Gazette Drouot n° 17 - Vendredi 2 mai 2014 - Sylvain Alliod


http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp