La Gazette Drouot
Grace par Goude
Retour au sommaire
Pour Grace, par Goude
Avec de l’amour, une bonne dose d’imagination et un zeste d’humour,
Jean-Paul Goude, tel Pygmalion, crée un personnage. Ou plutôt une icône : Grace Jones.

Adjugé 5 000 euros.
Jean-Paul Goude (né en 1940). Grace Jones, New York, 1981. Digital C-print contrecollé sur aluminium,
environ 57 x 79 cm.
Mercredi 5 mai 2010, salle 6 - Drouot-Richelieu.
Yann Le Mouel SVV. Mme Esders.

Jean-paul goude, en 1977, habite New York. Au 350 Union Square, en plein quartier black, proche de la Factory de Warhol, il est au coeur de l’effervescence créative. Goude fréquente, comme il se doit, le Studio 54, qui vient d’ouvrir le 26 avril. Dans la plus grande et plus déjantée discothèque au monde, où il faut avoir du "chic" pour entrer, il croise un mannequin vedette, chanteuse d’origine jamaïcaine, Grace Jones. "J’ai hérité d’un personnage qui revendiquait une négritude d’opérette", se souvient le styliste, tandis que Grace avoue avoir les jambes coupées et le souffle court lorsqu’elle montait l’escalier de l’appartement d’Union Square. Ensemble, ils vont forger le personnage de Grace Jones et lancer un style revendiquant la beauté noire, le métissage et une certaine liberté débridée. Tout commence avec une arabesque, ce pas de danse connu depuis l’Antiquité, sensé figurer l’envol. Le corps repose sur une jambe, un bras étiré vers l’avant, l’autre vers l’arrière. Jean-Paul Goude va légèrement modifier cette figure classique en faisant poser Grace le pied à plat sur le sol, et non sur la pointe : une chorégraphie immobile qui fera le tour du monde ! Goude se souvient, dans un article paru dans Le Monde du 30 décembre 2005 : "Puis j’ai construit un personnage cubiste et géométrique, minimaliste. Je l’ai dépouillée. J’ai coupé moi-même ses cheveux, une coupe à angles droits qui prolonge son corps anguleux avec ses pommettes saillantes". Ainsi fantasmée, Grace se dresse, hiératique, sensuelle et féroce sur la pochette de son disque Nightclubbing, saisie par l’objectif de son Pygmalion. Pour accentuer son côté androgyne, elle adopte des costumes à épaulettes. Et pour rendre sa négritude plus intense, il la pare d’objets blancs comme des cigarettes, pailles ou sparadrap. "Elle était plus noire que noire, au point de devenir bleue", confie-t-il à Michel Guerrin et Véronique Mortaigne, dans l’article mentionné. Photographe et modèle, Jean-Paul et Grace forment aussi un couple. "Tant que je la fascinais, elle acceptait tout de moi", écrit-il dans le Sunday Times de novembre 2005.
Trop proches, trop impliqués professionnellement, le couple se sépare. Jean-Paul Goude en fera le constat dans une entrevue publiée dans L’Express de cette même année : "J’étais en permanence animé de deux sentiments contradictoires : l’admiration et l’inconfort". Il se tourne alors vers la publicité, revenant ainsi à ses premiers succès, l’invention du "style minet", inspiré par les dandys Passy-Neuilly qui, au début des années 60, fréquentaient le Drugstore des Champs-Élysées, campagne pour le magasin Brummel du Printemps. Un travail qui avait attiré l’oeil du rédacteur en chef du magazine américain Esquire, qui l’appela à New York pour un numéro spécial, pour lui confier pendant dix ans la direction artistique...
De retour en France, Goude invente les "kodakettes" pour la marque éponyme, puis enferme l’oiseau sifflotant Vanessa Paradis dans une cage pour le lancement du parfum "Coco" de Chanel. Il réalise, à la demande de François Mitterrand et de Jack Lang, le défilé des Champs-Élysées pour le bicentenaire de la Révolution française. Plus récemment, il affuble la merveilleuse plastique de Lætitia Casta de toutes sortes d’accessoires pour incarner les rôles successifs des publicités des Galeries Lafayette. Grace Jones, quant à elle, poursuit sa carrière de chanteuse avec sa tournée pour Hurricane, son dernier album, dont la première partie est assurée par le groupe Trybez fondé par Paulo Goude.
Et devinez qui sera chargé de l’interview, pour la promotion du disque au printemps 2009 ? Un certain Goude...
Anne Foster
http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp