La Gazette Drouot
Une allégorie de la Justice
La Justice en majesté
Un lumineux tableau allégorique hissera la vertu au sommet d’une prochaine vente bordelaise.
Éclairs de grâce assurés !
L’Iconologie de Cesare Ripa, publiée à la fin du XVIe, a servi de bréviaire à plusieurs générations de peintres. Véritable encyclopédie de figures allégoriques, elle s’avère un filon merveilleux, où les artistes vont abondamment puiser les décors de palais, de jardins ou de plafonds. Ces ouvrages de référence, indispensables à la pratique artistique, révèlent les grands peintres d’histoire. Parmi eux, Michel-François Dandré Bardon était également poète et musicien. Professeur à l’Académie royale de peinture de Paris, il demeure aussi l’un des plus brillants théoriciens du XVIIIe, qui rédigea des traités doctes sur les arts et la peinture. Comme beaucoup de membres de cette famille an-cienne de notables provençaux, Michel-François, fils du consul Honoré d’André et de Marguerite de Bardon, naît à Aix dans un immeuble du cours Mirabeau ; sa mère testera en la faveur de notre artiste, à charge de porter le nom et les armes des Bardon. Se destinant à la magistrature, lui aussi «monte» à Paris, en 1719. Mais aux leçons de droit romain, le jeune homme préfère vite les cours du peintre Jean Baptiste Van Loo. Il renonce finalement à une carrière d’avocat, pour poursuivre sa formation artistique auprès de Jean-François de Troy. Nanti d’un second prix de l’Académie, il quitte Paris pour l’Italie ; en chemin, il s’arrête à Aix et reçoit commande, en 1726, de sept tableaux destinés à décorer le bureau d’audition de la Cour des comptes. Aujourd’hui exposée au musée Granet, la première toile montre Auguste punissant les concussionnaires : rétablissant l’intégrité, l’empereur condamne les membres de son entourage coupables de détournement de biens publics à périr dans un fleuve... Le voyage en Italie n’est pas oublié et, avant de regagner la France en 1731, notre peintre séjourne six mois à Venise, où il admire l’art de Tiepolo et de Ricci. Agréé quatre ans plus tard grâce à Tullie faisant passer son char sur le corps de son père, Michel-François Dandré Bardon entame un cursus classique au sein de l’Académie royale. Très attaché à sa contrée natale, il obtient en 1741 le poste de maître peintre des galères et dirige à partir de 1754 l’académie de peinture de Marseille.
Adjugé 50 000 euros.
Michel-François Dandré Bardon (1700-1778), La Justice terrasse le Vice, toile, 64 x 52 cm.
Bordeaux, samedi 2 avril 2011. Alain Briscadieu SVV. Cabinet Turquin. Mme Chantal Mauduit.
Bénéficiant de commandes officielles, il travaille aussi pour une clientèle bourgeoise aisée, comme en témoigne notre toile. Inédite sur le marché, elle provient d’une succession régionale. Quant à la composition aérée et éclatante, elle fait référence au luminisme clair et subtil de l’école vénitienne. La sensualité des personnages, tout comme le rendu des expressions, reflète le savoir-faire habile de la génération de Lemoyne. Si la facture nerveuse se fait l’alliée de l’intensité dramatique, elle révèle également une savante maîtrise de l’espace. L’élégance théâtrale des attitudes est encore servie par un coloris clair aux harmonies riches et raffinées. Honorant l’ascendance de Dandré Bardon, la toile porte l’inscription Virtus Inimica Vitiorum – car la probité pourfend tous les vices. Dominant la composition, la déesse des lois éternelles, Thémis, préside à l’ordre du monde et à l’équilibre des choses. Armée du glaive, elle trône véritablement dans les airs, escortée de deux putti délurés ; l’un soulève la balance, symbole d’équité, le second tient un miroir, en signe de prudence. Avec panache, notre déesse écrase victorieusement les vices : eux sont représentés sous forme de guerriers antiques musculeux. L’athlète dénudé du premier plan, complètement anéanti, tient d’une main le masque arraché de l’hypocrisie et de l’autre étouffe un serpent venimeux... signes que l’immoralité est enfin vaincue. Un sujet toujours d’actualité !
La Gazette Drouot N°12 - 25 mars 2011 - Chantal Humbert


http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp