La Gazette Drouot
La Gazette Drouot
L'agenda des ventes
Jean-Jacques Lagrenée (1739-1821), Le Repos pendant la fuite en Égypte, huile sur toile, 149 x 200 cm.
Estimation : 20 000/30 000 €.

 
À la une
À Paris, sur les pentes du mont des Martyrs, future butte Montmartre, a été fondée en 1134 une abbaye royale, dotée par Louis VI de terres agricoles. Le domaine abrite également une petite chapelle consacrée au martyre de saint Denis, au IIIe siècle. Après une période de grand relâchement moral, il fallut restaurer le prestige de cette noble institution, et lancer un programme de travaux afin de remettre en état les bâtiments délabrés. Ce fut le rôle dévolu à la dernière abbesse de Montmartre, Marie-Louise de Laval-Montmorency (1723-1794), qui s’en acquitta parfaitement. Elle put passer commande en 1770 de tableaux, notamment à Jean-Jacques Lagrenée le Jeune, tout récemment agréé par l’Académie, à son retour de Rome. On lui doit cinq grandes compositions : Jésus porté au tombeau, L’Incrédulité de saint Thomas, La Vierge en Égypte, La Samaritaine et un Christ. Dans son journal, Lenoir les mentionne parmi les morceaux remarquables devant être conservés, et ils sont remisés en 1793 au dépôt des Petits-Augustins. Ils n’y resteront pas longtemps : cinq années, puis l’ensemble sera vendu. Si la trace de la Vierge en Égypte est perdue, La Samaritaine, Jésus porté au tombeau et L’Incrédulité de saint Thomas sont achetés par un banquier. Ils passent ensuite en possession de l’archevêque de Paris, l’abbé Desjardin l’aîné, qui les envoie à son frère au Québec, où les deux derniers sont conservés au musée national des Beaux-Arts. On peut penser que le tableau bientôt proposé en vente est celui dénommé La Vierge en Égypte. Celui intitulé Repos en Égypte, longtemps conservé à Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris – non localisé à ce jour –, ne peut correspondre, ses dimensions étant de 120 cm de hauteur par 145 de largeur. Cette scène, tirée de l’évangile apocryphe du Pseudo-Matthieu, est dite aussi le «Miracle du palmier». Lors d’une halte effectuée par la Sainte Famille, après avoir fui Bethléem, Marie désire manger les fruits d’un palmier sous lequel elle est assise. Jésus ordonne à l’arbre de se baisser et, une fois les fruits récoltés, de se redresser. Une source d’eau claire jaillit alors entre ses racines. Ce sujet, souvent représenté par les peintres, montre la famille se reposant, entourée d’anges. Lagrenée brosse une composition aux couleurs chaudes et aux figures inspirées de statues et fresques antiques, étudiées lors de son séjour en Italie. Le Fogg Art Museum de Cambridge, Massachusetts, conserve un dessin très proche, montrant l’Enfant se tenant debout sur les genoux de sa mère, Joseph enveloppé de son drapé, servis par un ange.
Lundi 21 septembre, Drouot-Richelieu, salle 6.
Leclere SVV. M. Millet.



 
François Azambourg (né en 1963), chaise «Gigue», prototype en chêne et balsa de couleur brun-rouge,  finition vernie à la gomme laque, 70 x 37 x 47 cm.
Estimation : 1 000/2 000 €.
Pari design !
Coïncidant avec l’ouverture dans divers quartiers de la capitale de Paris Design Week (du 5 au 12 septembre 2015), Doré & Giraud - Sélection Enchères propose un programme consacré aux créateurs d’objets et de meubles contemporains, établis comme François Azambourg ou débutants comme OS & OOS, studio fondé en 2011 aux Pays-Bas, avec en maître de cérémonie Lidewij Edelkoort, spécialiste ès tendances recherchée dans le monde entier. Le lendemain, de 10 h à 17 h, le studio Cassiopée sera ouvert pour le retrait des lots.
Samedi 5 septembre, studio Cassiopée, 11, rue des Arquebusiers, 75003, à 20 h.
Doré & Giraud - Sélection Enchères.
Karl Reille, La Vénerie française contemporaine, Paris, Le Goupy, 1914, nombreuses illustrations en couleurs, petit croquis au stylo bille de Karl Reille sur le faux titre.
Estimation : 800/1 200 €.
La chasse est ouverte...
Dans la Sarthe se tiendra l’un des rendez-vous incontournables de la rentrée de saison. L’ouverture de la chasse sera célébrée au château d’Amenon par la Fête de la chasse et de la nature. À cette occasion sera proposée une vente sur ce thème, mais aussi sur la vénerie, l’art animalier et les armes. Les estimations iront d’une dizaine d’euros pour des armes, des gravures ou de petits objets à plusieurs milliers d’euros pour des œuvres d’art de qualité, à l’image d’un groupe en bronze figurant une Présentation de quatre chevaux ardennais de Gaston d’Illiers, signé et daté 1927 (10 000/12 000 €). Les livres ne seront pas en reste, notamment grâce à La Vénerie française contemporaine de Karl Reille, éditée à Paris par Le Goupil en 1914 et comprenant de nombreuses illustrations en couleurs.
Dimanche 6 septembre, Saint-Germain-d’Arcé.
Cyril Duval Enchères SVV. Mme Petitot, M. Brunel.


 

http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp